Cet article a été traduit par Valentina Ciuffreda

Quand je dis que je ne veux pas d’enfants, les gens me disent que je vais changer d’avis ou que je suis trop jeune pour prendre cette décision. Les femmes dans chaque coin du monde reçoivent ce genre de réponse quand elles disent qu’elles ne veulent pas d’enfants. Mais j’ai aussi connu des femmes qui ont vraiment hâte de fonder une famille. Quand elles parlent de ces projets, elles sont encouragées par des gens et personne leur dit qu’elles sont “trop jeunes pour prendre cette décision.”

La valeur d’une femme est très liée au mariage et à l’accouchement. Ce point de vue est extrêmement anachronique et démodé. Les femmes ont beaucoup d’opportunités maintenant: les voyages, leur carrière, leurs passions, leur passe-temps, la liste est sans fin. Nos ancêtres féminines ont peut-être dû se conformer à la vie d’une femme au foyer. Cependant, nous, on ne doit plus se conformer au même destin. Cela ne veut surtout pas dire qu’une femme qui choisit d’accoucher soit un échec pour le féminisme! Néanmoins, on devrait pouvoir choisir sans être jugé. La société ne devrait pas valoriser une femme avec des enfants plus qu’une femme sans enfants. J’ai l’impression que cela soit actuellement le cas de nos jours.

Les femmes sans enfants sont représentées comme “insensibles” ou “peu affectueuses”. Prenons l’exemple des politiciennes Nicola Sturgeon et l’ancienne première ministre du Royaume-Uni, Theresa May. Les deux ont été jugées parce qu’elles n’ont pas d’enfants. Pendant l’élection pour déterminer le leader du parti conservateur, plusieurs gens disaient que May serait inapte comme leader vu qu’elle n’avait pas d’enfants. Pourquoi est-ce que son manque de maternité affecte si elle est considérée capable d’agir comme leader d’un parti politique? 

Andrea Leadsom, la rivale de May dans l’élection, avait apparemment suggéré à The Times qu’en tant que mère, elle aurait plus d’intérêt pour le futur que May. Sturgeon, d’un autre côté, se sentait obligée de révéler ses fausses couches dans un livre récent, histoire de réfuter le discours qu’elle était une femme “froide et sans enfants.”

Sophie, une femme de 20 ans, m’a parlé de sa décision de ne pas avoir d’enfants et de comment cette décision impacte son quotidien.

“Je ne me suis jamais sentie maternelle. Je n’ai jamais eu envie de devenir mère et l’accouchement me terrifie. Bien qu’il y ait visiblement plus de femmes qui décident de ne pas avoir d’enfants, il existe toujours cette idée que ces femmes-là sont incomplètes. Cela vous fait vous interroger sur si vous êtes vraiment incomplète ou pas. Cela impacte vos relations et votre amour-propre.

En tant que femme, on apprend très vite que si on ne veut pas devenir mère, on sera considéré égoïste. On apprend qu’une vie sans enfants est inacceptable. Les gens ont tendance à nous dire cela en rejetant nos sentiments quand on est jeune. Les femmes plus âgées que nous disent que ce jugement empire avec le temps. Au lieu de nous dire qu’on va changer d’avis un jour, quand on est plus âgé, les gens seront encore plus horrifiés et embrouillés quand ils apprennent qu’en fait, on n’a pas changé d’avis sur ce sujet.

Maintenant j’ai 20 ans et j’espère que cette situation n’empire pas avec le temps. J’espère que le monde aura accepté cela et j’espère que les femmes sans enfants seront laissées tranquilles. Ou mieux encore, j’espère que ces femmes seront soutenues avec des soins médicaux plus appropriés et avec des médecins plus compréhensifs. Cependant, je prévois que cela ne sera pas le cas. Le mépris des gens m’a déjà donné l’avertissement que je dois me préparer pour les gens encore plus méprisants et enclins à critiquer. J’ai déjà eu le temps de me préparer pour savoir comment défendre mes choix comme femme, mais c’est effrayant d’y penser. Quoi qu’il en soit, je suis prête.” 

Kate Tompsett, une femme de 42 ans, a dit que, tout comme Sophie, elle avait décidé qu’elle ne voulait pas d’enfants quand elle avait 20 ans.

“Je trouve qu’il est déconcertant que ce soit la première question que quelqu’un me fait. Quand je réponds, la personne fait souvent une sorte de regard triste suivi par un silence gênant! Il était très difficile de trouver l’équilibre entre souligner le fait que les enfants n’étaient pas pour moi tout en respectant les décisions des femmes qui ont choisi ce style de vie. J’adore les enfants et je m’entends bien avec eux mais j’aime aussi ma propre liberté, mon propre espace et j’aime dormir! 

J’ai été jugée au fil des années. On m’avait dit que je changerais d’avis un jour ou que je ne pouvais pas comprendre l’amour sans avoir accouché. Ces commentaires sont extrêmement condescendants.”

Il est évident que même s’il devient plus acceptable pour les femmes de ne pas avoir d’enfants, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour que ce style de vie ne soit pas toujours critiqué par tout le monde. En outre, la valeur d’une femme ne doit plus être liée à la maternité. La société ne devrait pas se mêler dans nos choix en tant que femme indépendante. On ne devrait pas tout simplement présumer qu’une femme va devenir une mère et cela fera en sorte que sa vie soit complète. Demander à une femme sans cesse si elle veut des enfants n’est pas seulement malfaisant aux femmes qui ne veulent pas d’enfants, mais aussi aux femmes qui ne peuvent pas avoir d’enfants. On devrait normaliser les femmes sans enfants au lieu de les voir comme des simples échecs.

Read also:
Remembering Giséle Halimi: The Franco-Tunisian Feminist Lawyer
Karolina Dubiel And The Girls In Aerospace Foundation
What Not To Say To A Hijabi Woman